• Slide 1
  • Slide 12
  • Slide 2
  • Slide 3
  • Slide 4
  • Slide 5
  • Slide 6
  • Slide 7
  • Slide 8
  • Slide 9
  • Slide 10
  • Slide 11

Plusieurs animations traditionnelles :

La fête de l’excursionisme catalan

en février :

Un rendez-vous incontournable en Cerdagne, Capcir et Haut-Conflent, au cœur de l'hiver : la Fête de l'Excursionisme Catalan.

Deux journées de réflexions et d'échanges autour d'un thème choisi par l'équipe éducative d'encadrement du GRUP EXCURSIONISTA de CERDANYA.

Des adultes, tous bénévoles, passionnés de montagne, de nature et d'environnement, bien dans la tradition de l'excursionisme catalan, né il y a plus d'un siècle à Barcelona, pour développer la découverte raisonnée de notre milieu montagnard en pratiquant la randonnée pédestre en montagne avec des jeunes adolescents, âgés de 11 à 17 ans.

Apprendre connaître la montagne, apprendre à l'aimer pour apprendre plus tard à la respecter. Voilà l'objectif fixé, en 1980, aux fondateurs de l'association cerdane. Plus de 30 ans de pratique montagnarde pour 1160 jeunes initiés au respect de l'environnement et au développement durable.

Cette année 2012, plus particulièrement, la programmation montre toute l'attention que le comité d'organisation du GRUP EXCURSIONISTA de CERDANYA manifeste à l'endroit du développement durable de notre territoire. Deux journées de réflexion et de pratique sportive pour célébrer la 10ème édition, à Osséja et Err-Puigmal, qui devrait aider, certainement "à construire nos mémoires et conforter nos identités" comme l'a écrit William FAULKNER, en 1932, "il en est ainsi de la fête, de ses vanités et de son esprit" !

 

Thèmes abordés :

2003 : La montagne pour TOUS

2004 : Les espaces naturels en Cerdagne

2005 : Notre patrimoine montagnard

2006 : La catalanité

2007 : La frontière

2008 : Les hommes et la montagne

2009 : Une voie de passage, la Cerdagne

2010 : Faune et flore de nos montagnes

2011 : Fêtes et traditions populaires

2012 : La Cerdanya, une nature préservée ?

2013 : Développement durable et écologie en Cerdagne (annulée pour cause d'intempéries)

2014 : Développement durable et écologie en Cerdagne

 

logo grup excursionista cerdanya

 excursionisme 2011 13

panorama puigmal

excursionisme 2011

raquettes neige2 raquettes neige3


Les feux de la Saint-Jean

le 23 juin :

Une tradition récente

Le feu de la St jean est une tradition typiquement catalane. Il s'agit d'une soirée de fête qui se déroule une fois par an, le 23 juin, le jour du solstice d'été. La flamme du Canigou, symbole de la St Jean en Catalogne, est avant tout un message de fraternité et d'amour.

Tout commence à la nuit tombée. Quelques jours auparavant le sommet du Canigou a été l'objet d'intenses activités : on y amène des fagots de sarments, des ceps, des bûches pour préparer un bûcher. Ce feu est allumé la nuit du 23 juin, et sa lueur est le signal d'allumage des feux du Roussillon : Dans chaque village, un feu identique est embrasé, si bien qu'en peu de temps c'est une myriade de lumières qui brillent un peu partout dans la plaine.

Cette fête est accompagnée du bouquet de la St Jean, un bouquet composé de quatre herbes spécifiques cueillies le matin du 23. La tradition veut que se soit une feuille de noyer, une autre de millepertuis, une troisième d'immortelles et de l'orpins. Ces bouquets sont parfois encore accrochés aux portes des habitations pour attirer la chance et le bonheur dans la maison. Nombreux sont les catalans qui en confectionnent encore, bien que la véritable "recette" soit quelque peu oublié. On retrouve cette tradition durant les soirées de la St Jean avec la vente de petits bouquets simples dotés d'un ruban "sang et or" : c'est le reste de la tradition du bouquet.

Histoire

Cette tradition est relativement récente. Elle a réapparue après la seconde guerre mondiale. Dans les années 50, la population voulu renouer avec cette tradition. Puisqu'on ne pouvait faire de feu en plein centre ville, le feu fut fait àNotre Dame de la Salut, près de Pia. Mais rapidement il y eu trop de monde, alors on multiplia les feux un peu partout, et on prit l'habitude de les faire aux sommets des collines, puis du Canigou.

En 1955, c'est la première fois que le feu est véritablement vu de partout en Roussillon, bien que modestement. En 1956, l'année suivante, les montagnards qui y grimpent sont chargés de petits fagots de 2Kg portant les noms des villages qui y participèrent. En 1957, il y a encore plus de monde qui accepta de monter au sommet, ce qui impliqua que le feu fut plus grand, donc encore mieux vu. En parallèle d'autres personnes eurent la fantastiques idées d'allumer des feux sur les tours à signaux. A partir de 1958, un comité départemental organise l'illumination du département. En 1960, les catalans du Nord reçoivent les premiers fagots de Catalogne du Sud et même des Baléares. Cette année là une messe est dite au sommet.

Ce fantastique travail de fraternité fut initialisé, puis coordonné par François Pujade, président de l'association du feu de la St Jean d'Arles, puis du comité départemental.

La flamme du Canigou

Savez-vous avec quoi on allume le brasier au sommet du Canigou, chaque année ? Non, pas avec un simple briquet, mais avec une lampe dont la flamme est conservée religieusement d'une année sur l'autre ! Elle se trouve dans le Castillet, au rez-de-chaussée, et n'importe qui peut aller la voir !

Plus d'infos

 

 st jean 2011 06

st jean 2011 22 st jean 2011 32


La fête patronale de la Saint-Pierre

Le dernier week-end du mois de juin :

Trois jours de fêtes dans le centre du village


La marche des contrebandiers

Le dernier dimanche du mois de juin :

 obradors 2006 

Jacques OBRADORS, co-fondateur (avec Louis ESTEVA) de la marche des contrebandiers.

 

Le Circuit

La Marche se déroule sur une distance de 22 km approximativement entre Castellar de n’Hug (1386 m) et Osséja (1214 m) en passant par la côte maximale de 2110 m au col de la Bassa.

Le parcours traverse des prés subalpins du côté de Castellar de n’Hug, du Coll de la Creueta (1888 m)  et du Pla d’Anyella (1825 m) jusqu’à arriver à la Collada de Toses (1793 m où nous trouverons l’ancienne caserne militaire. Ensuite, tout en montant à travers un bois de pins rouges et de pins noirs, nous arriverons dans une zone mixte de prés subalpins et de bois jusqu’à la Creu de Maians (1993 m) où nous traverserons la frontière avec la France en laissant en arrière les bunkers construits par Franco qui protégeaient la partie espagnole. Nous entrerons enfin  dans une zone de bois de pins noirs pour arriver au col de la Bassa (2110 m) et finirons par descendre à Osséja au milieu d’un bois.

Dans la zone du Coll de la Creueta, les vues en direction sud de Montserrat, du Montseny, de Sant Llorenç del Munt, La Mola, Collsacabra… vous laisseront ébahis.

Quand on laisse en arrière le Pla d’Anyella, et au sommet du Cap del Ginebrar (1910 m), le Puigmal nous parvient majestueux depuis l’est et à l’ouest la Tossa d’Alp ne perdra aucun détail de notre marche.
Depuis le Coll de la Bassa s'ouvre devant nous la Cerdagne, les Pyrénées avec le Puigpedrós, le Carlit, les vallées du Puymorens et Angoustrine, les Bouillouses.

La Marche est ouverte à toute personne qui :

• Se considère en pleine forme physique, technique et psychique pour l’affronter.
• Qui soit majeure ou avec autorisation et la présence des responsables ou des parents dans le cas de participants mineurs.

• Qui se soit inscrite dans les temps.

• Qui dispose du matériel personnel obligatoire pour la marche.

Contrôles :

Il y aura différents contrôles tout au long de la Marche.

Dans le cas où un participant arriverait plus tard que le la fermeture du contrôle, il sera transféré au contrôle suivant ou à l’arrivée selon les cas.

Matériel personnel obligatoire :

Ce matériel ne doit pas être seulement pensé pour votre seul usage mais il peut également rendre service à d’autres participants en cas de besoin :

• Nourriture et boisson suffisantes.

• Vêtements et chaussures adaptés.

• Téléphone portable (on peut échanger son numéro avec des camarades !)

• Matériel et produits de protection solaire.

• Petite pharmacie et couverture thermique de survie.

• Lampe frontale ou lanterne.

 

Plus d'infos : http://marchedescontrebandiers.wordpress.com/

 

symbole marchedescontrebandiers Contrebandiers marche contrebandiers Osseja


Le concours International de chiens de berger

L’avant dernier dimanche du mois de juillet :

Il s'agit d'un concours de travail sur moutons. Il tire son origine d'une très ancienne tradition destinée à créer une relation et une émulation entre les nombreux bergers qui parcouraient, de tous temps, les vastes territoires d'une montagne vouée à l'élevage florissant du mouton.

 

Ce type de concours s'est répandu le long de la chaine pyrénéenne et l'on en compte aujourd'hui une bonne dizaine, des deux côtés de la frontière, depuis la Catalogne jusqu'au pays basque, ainsi qu'en Andorre et en Béarn.

La manifestation d'Osséja, vieille de presque trente ans, se déroule immuablement l'avant dernier dimanche de juillet, selon un calendrier établi par la fédération catalane rassemblant six villages de Catalogne et d'Andorre.

Si les règles du concours sont restées traditionnelles (déroulement des épreuves et tenue régionale exigée) les concurrents, par contre, appartiennent tant au monde de l'élevage qu'au milieu sportif du dressage du chien de berger.

Le concurrent occupe un poste fixe sur une estrade à partir duquel il commande son chien ; ce dernier doit déplacer un lot d'une vingtaine de brebis au travers d'un parcours d'obstacles recréant les conditions d'un travail quotidien à la ferme. Ce concours offre au public un spectacle à la fois original et révélateur de la réalité d'une association authentique entre l'homme et le chien.

La manifestation est aussi l'occasion de proposer aux visiteurs un éventail des productions de l'élevage local ainsi que des animations basées sur la relation entre l'homme et l'animal.

 

 chiens berger 2011 008 chiens berger 2011 150

chiens berger 2011 113

chiens berger 2011 090

chiens berger 2011 093


L’APLEC de Sardanes (danses traditionnelles)

Le deuxième dimanche du mois d’août :

Chaussez vos "vigatanes" (espadrilles), l'été arrive, les "ballades" et l'APLEC vous attendent !

Avec la passion d'amis sardanistes, c'est en 1990 que le Foment a vu le jour. En 1994, tout naturellement, nous organisons notre premier APLEC (rassemblement de danseurs).

La sardane remonte à la nuit des temps, on la retrouverait jusqu'en Crète. Elle a subi depuis, de nombreux changements avant d'en arriver à sa forme actuelle. A l'origine était dansé la sardane dite "courte" puis née au XIXème siècle la sardane de nos jours, dite "longue". C'est Pep Ventura musicien et compositeur qui est à l'origine de cette modification.

C'est au rythme de la "Cobla" (orchestre), composé d'instruments typiquement catalans : un flaviol + tambourin, deux tibles, deux tenores, deux trompettes, deux trombones, un fiscorn et une contrebasse et c'est au son du flaviol (flûte à bec jouée à une seule main) que démarre cette danse traditionnelle. Pieds chevillés par des "vigatanes" (espadrilles), mains entrelacées, chaque danseur oscille au sein de sa ronde.

La sardane est une danse de "germanor" (fraternité). Le cercle est ouvert à tous. Les catalans à travers la Santa Espina, entre autre, affirme leur identité.

"Som i serem gent catalana"

Sous les "banderes" et les "fanions" catalans, nous vous attendons nombreux pour l'APLEC qui se tiendra à Osséja le deuxième dimanche du mois d'août toute la journée.

(Cours de sardanes tous les lundis à partir de 21h à la salle des fêtes d'Osséja, et tous les mardis à 18h à l'école d'Enveigt. Ouvert à tout le monde.)

L'équipe CERDANYA SARDANISTA

 

aplec 2011 04

aplec 2011 21